Marketing - - Angele Delmas

Développement durable : 15 façons pour devenir un salon green

Réduire ses déchets, être un salon de coiffure, un institut eco-friendly, c’est bon pour la planète et pour le porte-monnaie ! Mais comment s’y prendre ? Par de petits gestes quotidiens. Pour vous lancer dans le développement durable et le green, suivez le guide…

Développement durable mon coiffeur s’engage

Réduire et trier ses déchets

Les chiffres font froid dans le dos ! 8 millions de tonnes de plastique sont déversés dans l’océan chaque année. C’est l’équivalent d’un camion d’ordures plastiques déversées chaque minute, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). En 2050, 12  milliards de tonnes de déchets plastiques seront jetés dans les décharges !  Économiser l’emballage devient incontournable. Surtout pour les salons de coiffure qui remplissent en moyenne 60 bennes à ordures de cartons et de plastiques enveloppant les commandes et d’emballages vides de produits par an.

Claire Merlin de l’institut de beauté Bio’ty Zen à Herblay (Val-d’Oise) gère depuis 2011, le tri des déchets à la perfection. Plusieurs poubelles sont intégrées dans des meubles, les sacs poubelle, en amidon de maïs. Elle regroupe aussi ses commandes de façon à réduire le nombre de cartons.
Quant aux tubes de coloration usagés et le matériel électrique hors d’usage doivent être portés à la déchetterie municipale. Pour les produits, certaines marques capillaires, en association avec TerraCycle, la Collecte du coiffeur et Eco-Emballages, apportent à ses clients une solution de recyclage pour tous les emballages. Dernièrement, la Collecte Médicale propose aux salons barbiers, un conteneur agréé à usage unique.

Donner une deuxième vie au matériel électrique

Et le matériel électrique encore en état de fonctionnement ? Donnez-les à des Ressourceries qui gèrent la deuxième vie des objets. Autre bonne nouvelle : la marque ghd, en partenariat avec Eco-Systèmes, propose aux salons participants, de collecter les anciens appareils de coiffage, quelle que soit la marque. Une opération disponible jusqu’au 30 avril 2019.
À retenir ! Un salon de coiffure moyen produit environ 36 tonnes de déchets par an. (Source : label « Développement durable, mon coiffeur s’engage ».) Pour en savoir plus : www.terracycle.fr ; www.ecoemballages.fr ; www.lacollecteducoiffeur.fr ; www.coiffeurs-justes.com et www.lacollectemedicale.fr

Choisir des fournisseurs greeen à responsabilité environnementale

Les lignes bougent. De plus en plus de laboratoires cherchent à rendre leurs formules, leurs packagings green, moins impactant pour l’environnement. Soyez donc vigilant lors de votre sélection. Votre clientèle est particulièrement sensible.

Dire non aux gobelets jetables

Chaque année, 2,165 milliards de gobelets en plastique sont utilisés en France. Alors pour un salon éco-responsable, il n’est donc pas concevable de proposer des gobelets et touillettes en plastique non recyclables. Il est de toute façon urgent de prendre de bonnes habitudes : la vaisselle jetable en plastique sera strictement interdite à partir du 1er janvier 2020. Une solution peut être celle des gobelets réutilisables, en fibre de bambou, comme l’explique Claire Merlin. « Ces gobelets résistants sont très appréciés par la clientèle. » En revanche, soyez exigeants dans le choix de votre prestataire car les matières premières utilisées peuvent varier du plastique rigide « basique » au 100% recyclé.

Bannir les bouteilles en plastique

Saviez-vous que chaque année, 6, 355 milliards de bouteilles en plastique sont consommées en France ? Il est urgent de changer nos comportements. Proposez à votre clientèle, de l’eau du robinet, dans de jolies carafes, avec des rondelles de citron ou des feuilles de menthe. L’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés en France. Pour votre consommation personnelle, pensez à adopter une gourde ou une tasse en matériau isolant, prévues pour conserver la température de vos liquides

Proposer une offre alimentaire responsable green

Pensez-y dès l’accueil : café, sucre et thé bio et issus du commerce équitables sont faciles à mettre en oeuvre. Un service plus respectueux de l’environnement car les conditions de travail sont socialement correctes et les modes de productions sont plus écologiques.

Changer ses méthodes de consommation d’énergie

Économiser l’énergie

Les salons de coiffure utilisent une quantité d’énergie importante : sèches-cheveux, casques, lave-linge, sèche-linge, fer à lisser, chauffe-eau…  Elle représente en moyenne 1.7 % du chiffre d’affaires. Donc, il convient d’économiser l’énergie, électricité en investissant dans des ampoules basses consommation et des chaudières nouvelle génération. On peut aussi signer un contrat avec un fournisseur d’électricité qui vous assure la livraison d’une électricité verte ou une économie. Ainsi, l’entreprise Economie d’énergie peut obtenir de 8 à 14 % d’économie par rapport aux acteurs historiques. Et pour l’électricité verte, de 5 à 6 %.

Installer des LED dans le salon

Enfin, pour l’éclairage, les fluocompactes et les LED se partagent désormais le marché. Pour la même lumière, une LED consomme 6 fois moins qu’une ampoule à filament mais reste environ deux fois plus chère que leurs concurrents. Elle a aussi une durée de vie annoncée au moins 3 fois supérieure à celle des fluocompactes (de 10 000 à 25 000 heures au lieu de 3 000). On n’oublie pas aussi d’éteindre l’ordinateur du salon, de couper toutes les sources d’alimentation.

Économiser l’eau

Bien précieux et coûteux, l’eau se raréfie, au point d’être surnommé « l’or bleu ». À vous de mettre en place des mesures simples mais vitales telles que utiliser le lave-vaisselle que lorsqu’il est plein, installer des robinets avec des capteurs de mouvement, des toilettes à faible débit ou à deux vitesses. La chef d’entreprise Claire Merlin va plus loin en recueillant l’eau usagée pour les deux toilettes de l’institut. Car une chasse d’eau, ce sont 6 à 12 litres utilisés.

Réduire la quantité d’eau au lavage de cheveux

Comment économiser l’eau en coiffure ? Surtout lorsque l’on sait qu’un coiffeur dépense 55 litres, par jour et par personne active pour un shampoing. Des solutions existent, mais sont peu appliquées. Plus de 73 % des spécialistes interrogés ne disposent pas d’économiseurs d’eau sur les bacs. qui, bien maniés, diminuent de moitié la consommation. Les mitigeurs thermostatiques stabilisent, quant à eux, la température de l’eau qui coule instantanément au degré désiré. Une des plus performantes du moment ? La douchette avec ces billes de tourmaline, Ecoheads. Le jet est large et puissant, pour un rinçage plus rapide et permet jusqu’à 50% d’économies d’eau et d’énergie. Enfin, dernièrement, L’Oréal et la start-up suisse Gjosa ont dévoilé un pommeau de douche à faible débit et donc de passer de 8 litres à seulement 1,5 litre consommé par minute.

Adopter des gestes simples

Faire tourner son lave-linge à 40° et aux heures creuses, permet de consommer 25 % moins d’énergie qu’à 60°. Baisser son thermostat d’un petit degré permet d’économiser 7 % d’énergie. Recycler 1 tonne de PET (plastique recyclable) permet d’économiser 800 kg de pétrole. Recycler 1 tonne de déchets d’emballages carton permet d’économiser 1,3 tonne de bois. Recycler 1 tonne de verre permet d’économiser 700 kg de sable, 100 kg de fioul.

Pour une démarche plus écologique et développement durable

Choisir du mobilier en bois

Le mobilier peut, lui aussi, générer une certaine attitude. En choisissant le bois de préférence, mais pas n’importe lequel : avec le label FSC (Forest Steward Council) pour les bois tropicaux, ou localement (chêne, châtaignier, pin sylvestre…). Pensez aussi à l’occasion pour le petit mobilier (l’espace accueil par exemple).

Bannir les cotons et les mouchoirs en papier

Remplacez les cotons démaquillant par de petites lingettes lavables. Réalisées en coton biologique, elles s’adaptent à tous les types de produit. Et sont réutilisables 300 fois. A noter : chaque année, une femme jette près de 2 500 cotons démaquillants dans sa poubelle. Quant au mouchoir en papier, très utilisé comme le coton dans les instituts, le constat est terrifiant. 32 milliards de mouchoirs en papier sont vendus en France chaque année, soit plus de 1040 par seconde. Selon les organisations environnementales, seulement 19 % d’un mouchoir en papier est en matière recyclée. Pensez à la quantité de fibres de bois, d’eau douce et de chlore qu’il faut pour fabriquer tous ces mouchoirs !

Économiser le papier

Premier réflexe à respecter pour suivre le mouvement développement durable ? Evitez d’imprimer ce qui n’est pas nécessaire. Réglez par défaut votre imprimante en mode noir et blanc, économique ou brouillon et en recto-verso. « Réutilisez les feuilles imprimées sur une seule face en brouillon ou comme matériel de classement », conseille Claire Merlin.Supprimez les pub et les éléments web dont vous n’avez pas besoin. Pour alléger automatique les pages à imprimer, il existe des logiciels et des applications comme PrintFriendly, Green Print ou encore PrintWhatYouLike. Réduisez les polices de caractère : 12 est suffisant pour une lisibilité agréable. Enfin, « Oubliez l’impression des tickets de caisse pour la clientèle et proposez-lui l’envoi du reçu par courrier électronique. Plus simple, plus écolo », suggère Claire Merlin.

À LIRE AUSSI

Le ticket de caisse en papier est-il mort ?

Choisir des encres green

On l’aura compris, les mailings et les actions de communication et de marketing du salon sont orchestrés par votre logiciel Flexy. Côté pochettes cadeaux, chèques cadeaux…, entre autres, pensez au label Imprim’Vert. Un label créé par les imprimeurs qui s’engagent à réduire leur impact sur l’environnement en s’imposant des règles strictes concernant le papier recyclé, les encres, composées à 90 % de bases végétales, le système d’impression sans eau.

Travailler, vivre de façon éco-responsable, c’est possible ! Le développement durable ne peut plus être snobé, c’est un critère de sélection au même titre que l’efficacité. Alors développez les initiatives, faîtes preuve d’imagination et posez-vous les bonnes questions. Votre bon sens fera le reste. L’équipe Flexy peut vous accompagner pour mettre en place très simplement des outils. Demandez votre entretien personnalisé gratuit ! Soyez assurés que vos efforts seront vite récompensés. En devenant un salon, institut ou spa éco-friendly, vous partez à la conquête d’une clientèle plus investie et responsable.

coiffureécologiegreeninstitutsalon de coiffurespa

Rédigé par
Angele Delmas

Angele Delmas

J'ai débuté ma carrière journalistique à Europe 1. À partir de 1995, je me dirige vers la presse écrite et me passionne pour la coiffure. J'intègre différentes rédactions, dirige celle de Coiffure de Paris. Puis, je choisis l’indépendance, poursuis ma route avec la même boulimie d’apprendre et surtout de partager. Désormais, j'écrit pour de nombreuses publications. Outre la rédaction, j'ai aussi d’autres passions comme la botanique et la céramique. Et, je continue d’arpenter le monde en quête de goûts et de couleurs. Mon plan pour l’avenir ? « Écouter mon coeur. »